Hébergements web : faire le point

Petite synthèse et au tout milieu un sujet un peu épineux : le référencement pour des sites hébergés sur des serveurs mutualisés.

Vous tapez « hébergement  web » dans Google fr et il vous sortira O.V.H ou 1&1 par exemple. Ces boîtes, je devrais même dire « groupes » dans le cas d’OVH, offrent des services qui assurent la mise à disposition des sites web aux internautes.

Concrètement lorsque vous souhaitez mettre en ligne vos super sites vous vous adressez à ces entreprises qui mettent à votre disposition des accès à un FTP, du SSH, des bases de données et tout plein d’autres services qui vous permettront de mettre en place, à votre tour, votre service, vos informations, vos formulaires, etc , etc.

🔗 Le référencement naturel

Le référencement naturel est un ensemble de techniques permettant d’augmenter la visibilité d’un site internet dans les moteurs de recherche comme Google.

Source

L’idée c’est : j’ai un fait un site je veux qu’il soit vu mais je veux aussi qu’il soit efficace, si par exemple j’ai des services à vendre et/ou des produits, eh bien j’ai envie que chaque fois qu’un internaute tape « achat  [le nom de mon produit] » il atterrisse plutôt chez moi dans ses premières tentatives.

En retour je vais essayer de lui fournir la meilleure info possible avec une bonne expérience de navigation pour qu’il soit satisfait, et si l’internaute est satisfait alors moi je suis content et Google aussi est content, et si Google est content alors tout va…

Voilà pour la théorie.

🔗 Quel rapport avec l’hébergement ?

Qui dit « mutualisé » ne dit pas médiocre, attention je vais surtout pas aller sur ce terrain-là. Il y a des mutualisés de luxe, des mutualisés pas chers et très biens, et prendre un dédié c’est s’engager dans une maintenance parfois lourde. Vous vous doutez bien que si c’était tout noir ou tout blanc il n’y aurait plus besoin de conseil…

Mais qui dit « mutualisé » dit transport en commun. Cela veut dire que sur un même serveur beaucoup de sites vont cohabiter.

Et c’est là que ça commence à devenir marrant. Chez certains hébergeurs vous pouvez vous retrouver jusqu’à plusieurs centaines de domaines sur un même serveur.

🔗 Un outil de reverse IP

Avec l’outil vous pouvez taper votre nom de domaine et savoir qui voyage avec vous :

Reverse IP lookup

Le résultat pour ce blog par exemple contient une alerte. Je remercie mon collègue Bilal pour le tuyau sur l’outil au passage.

🔗 Oui et alors ?

Alors il faut savoir ce que l’on veut et éviter les pièges. Pourquoi et comment cela pourrait-il bien être utilisé par les spammeurs ?

Eh bien ils vont cibler des hébergements pas chers, ils visent la quantité eux, pas la qualité, du coup s’ils se font blacklister (ça vaut pour Google mais aussi d’autres APIs), vous aussi car je vous rappelle que vous partagez la même IP serveur.

🔗 Mais c’est quoi un hébergeur web ? en vrai, en détails ?

Alors tout à commencé pendant la guerre froide… non je déconne ! Un hébergeur web est un prestataire de services. Tu lui achètes ou si tu préfères tu lui loues un espace disque pour charger tes fichiers (ex: l’applicatif, les médias) ainsi qu’une infrastructure pour pouvoir y accéder et réaliser des opérations classiques sur ton site web.

Quand tu es chez toi, tu montes un serveur en local avec WAMP, MAMP, XAMP, tutti quanti ou vagrant, ou VVV ou docker ou ce que tu veux ! MAIS le serveur que tu paies au prestataire est un peu plus évolué, il tourne H24 en haut débit.

🔗 Quotas, bande passante, mais qui me parle ?!!

Si tu as beaucoup de médias opte plutôt pour un hébergement illimité en ce qui concerne l’espace disque et non soumis à quotas sinon ça risque de chiffrer rapidement !

La bande passante c’est un terme légèrement pompeux qui renvoie tout simplement à une unité de mesure du transfert entre ton site et tes visiteurs. Plus t’es célèbre plus elle augmente. Cela veut dire que chaque fois qu’un de tes visiteurs va charger une de tes magnifiques pages des data vont être « consommées » ou transférées vers ta machine.

Peut-être as-tu entendu ou lu ça quelque part :

Mais économisez la bande passante, bordel !

Avec des médias type vidéos ça peut vite grimper en flèche aussi bien pour les sites web que pour la facture des mobinautes par exemple !

🔗 Quelles différences entre dédié et mutualisé ? Et y a que ça ?

La réponse à la deuxième question est NOOOOOOOON ! La réponse à la première question vient tout de suite :

🔗 Le mutualisé

Un hébergement mutualisé est par définition moins cher, c’est le standard du site web, vous y retrouverez une configuration standard, avec des outils standards conçus pour répondre aux besoins du site standard. Et attention, encore une fois on peut avoir un put*** de site qui tourne sur un mutualisé ! Quand je dis « standard » je parle donc de pré-requis serveurs.

On le choisit pour le côté pratique et pour des sites à faible trafic mais on sait qu’on ne pourra pas le personnaliser comme on veut.

Voici deux hébergeurs mutualisés « Maaade in France » pour vous faire une idée :

🔗 Le dédié

Un hébergement dédié est la version haut de gamme de l’hébergement. Le site aura sa propre machine pour lui tout seul ! Tout est permis, contrairement au mutualisé, la configuration, installer des paquets, crontab, etc.

On le choisit parce qu’on a à disposition des compétences techniques sur les serveurs pour le maintenir et l’administrer. Ce type de serveur convient bien aux projets de grande ampleur et/ou évolutifs.

🔗 Le Virtual Private Server (VPS)

On coupe la poire en deux ! On ne sera pas tout seul sur la machine MAIS on aura beaucoup plus de liberté que sur un mutualisé, la configuration sera libre, on pourra rajouter des paquets et on aura une mémoire allouée.

On retrouve aussi l’appellation VDS pour Virtual Dedicated Server. L’idée c’est d’être ensemble sur le serveur mais pour autant de disposer chacun d’une grande liberté comme par exemple celle de redémarrer dans son coin sans ennuyer personne.

L’avantage sécurité est aussi important. Si ça pète quelque part, les VPS sont indépendants.

Un exemple avec PlanetHoster.

🔗 Le cloud

En quelque sorte étroitement lié voire à l’origine du précédent type d’hébergement.

L’idée générale est, contrairement aux autres types d’hébergement, de se répartir sur plusieurs serveurs. Ce type d’hébergement ne sert pas qu’aux sites web car on peut carrément héberger tout un parc informatique.

Et là aussi on aura des spécificités avec des clouds publics et des clouds privés suivant les besoins en sécurité.

Ce type d’hébergement met en avant l’aspect fiabilité et flexibilité. Si un des serveurs pète c’est limite si on ne verra pas la différence comme une pieuvre à qui on couperait un tentacule.

Tout est virtuel si on peut dire, il n’y a pas de location de serveur physique et on paie au prorata de ce qui est consommé. Contrairement aux autres hébergements, on n’aura pas le risque de ressources insuffisantes.

Mais qui achète ça ? Typiquement les sociétés d’hébergement : #inception.

🔗 Hébergements spécialisés ?

Il est évident qu’un hébergeur qui connaît WordPress, qui fournit des services adaptés à WordPress est un plus quand on a effectivement un site WordPress à héberger. Pas besoin de développer là-dessus c’est du bon sens.

Quand je vois des business se créer autour de l’hébergement WP cela me semble parfaitement justifié, les besoins peuvent être spécifiques et qui de mieux placé pour fournir la prestation que des sociétés, et des personnes surtout hun ^^, impliquées dans la communauté.

🔗 Conclusion : on fait quoi quand ?

Tous sur dédiés ?!

Bien sûr que non ! Tous les projets ne justifient pas le choix d’un dédié heureusement mais certains si. Un dédié n’est pas l’assurance tout risque, ça engage soit une maintenance lourde soit il faut déléguer mais cela a aussi un coût.

Ce que j’aime dans le mutualisé c’est « le tout compris, je m’emmerde pas » mais il faut être conscient de toutes les implications. Quelque part si « je m’emmerde pas » est-ce que c’est pas le début des emmerdes en fait. Y a pas de réponse claire à donner là-dessus.

Au final, le choix d’un hébergeur s’avère complexe et il faut bien avoir en tête le rapport qualité/prix. C’est AMHA essentiel pour juger un hébergeur web ! On ne va pas demander la lune à un hébergement cheap.

La réciproque n’est pas toujours vraie non plus. Il faut savoir aller au-delà des arguments commerciaux. Le fameux « bande passante illimitée » peut faire sourire après quelques recherches sur le sujet. Seule l’expérience et le savoir technologique pourront vous guider, savoir que pour telle fonctionnalité exige tel pré-requis serveur par exemple.

Si jamais votre hébergement ne vous convient plus, n’hésitez pas à en changer c’est comme une location, vous n’avez aucun engagement et la plupart des hébergeurs vous assistent dans les opérations de transfert.

🔗 Lectures complémentaires